free britney

La pop star a demandé à être libérée de la « prison dorée » qui l’empêche de mener une vie indépendante depuis 13 ans. Soutien de Miley Cyrus et Ariana Grande

La saga judiciaire continue : la voix parfois brisée par l’émotion et forte d’un nouvel avocat, Britney Spears, qui est sous la tutelle légale de son père depuis 13 ans, a repris la parole devant la Cour supérieure de Los Angeles pour demander à être libérée de la « prison dorée » qui l’empêche de mener une vie indépendante.

« Je veux poursuivre mon père pour abus de tutelle », a déclaré la pop star au téléphone, parfois interrompue par des larmes : « Je veux le poursuivre aujourd’hui. Je veux une enquête sur lui. » S’adressant également à la juge Brenda Penny, qui suit l’affaire, Spears a déclaré qu’elle craignait souvent que ses tuteurs n’essaient de la tuer en la forçant à prendre des drogues : « Si ce n’est pas de la maltraitance, je ne sais pas ce que c’est. Quelques heures après la première audience, après celle du 23 juin au cours de laquelle elle s’était exprimée, d’importants soutiens juridiques étaient venus à l’aide de Mme Spears : la chanteuse « mérite plus d’autonomie » et a le droit de choisir son propre avocat, avait déclaré l’association libertaire American Civil Liberties Union devant la Cour supérieure de Los Angeles.

C’était la deuxième fois que Spears s’adressait directement au tribunal depuis qu’elle a été placée sous tutelle en 2008 après deux épisodes majeurs et publics de dépression mentale : après l’audience, la chanteuse a remercié ses fans sur Instagram, adoptant pour la première fois le hashtag #FreeBritney autour duquel se sont ralliés ses nombreux fans, certains aussi célèbres que Miley Cyrus et Ariana Grande. « Nous faisons des progrès », a-t-elle ajouté, accompagnant le message de l’emoji du doigt d’honneur : « Avec un nouvel avocat qui me représente vraiment aujourd’hui, je me sens reconnaissante et bénie. » L’avocat en question est Mathew Rosengart, un ancien procureur qui a défendu les droits de stars telles que Sean Penn et Keanu Reeves, et qui a pris la relève de Samuel Ingham III, l’avocat assigné il y a 13 ans à la pop star par le tribunal, qui s’est en fait davantage plié aux souhaits du « père-manager » Jamie Spears qu’à ceux de sa cliente. Après que la juge Brenda Penny ait accepté, Rosengart a demandé à Jamie de se retirer.

« Il doit être démis de ses fonctions de tuteur : nous agirons rapidement et de manière agressive. La question est de savoir pourquoi il est impliqué. S’il aime sa fille, il devrait abandonner volontairement. » Le changement de garde dans la défense de Spears n’est pas anodin : l’institution de la tutelle, qui rend effectivement les personnes qui en font l’objet incapables de comprendre, n’avait jusqu’à présent pas permis à Britney de choisir personnellement son avocat, et l’approbation de la demande par le juge Penny donne à la pop star un aperçu de la lumière au bout du tunnel. Hier, l’Union américaine pour les libertés civiles s’est mobilisée pour soutenir cette demande. Elon Musk, le PDG de Tesla et Space X, s’était également rangé du côté de Britney, partageant son mot d’ordre #FreeBritney avec près de 60 millions de followers sur Twitter.